Francophonie – femme en tête

La Canadienne d’origine haïtienne Michaëlle Jean a été élue, fin 2014, à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie. Gouverneure générale du Canada et envoyée spéciale de l’Unesco en Haïti, Michaëlle Jean succède à l’Égyptien Boutros Boutros-Ghali et au Sénégalais Abdou Diouf.

Créée en 1997 et représentant désormais 80 pays (57 États membres et 23 observateurs), l’OIF a pour la première fois à sa tête une femme et une personnalité non africaine. La nomination de Michaëlle Jean, riche en symboles, est l’expression d’une volonté de renouveau et de modernité au sein de l’espace francophone. Complétant l’œuvre de M. Diouf qui avait fait de la Francophonie un espace politique, garant de démocratisation et du renforcement des principes de bonne gouvernance, la nouvelle  secrétaire générale promeut une stratégie économique, axée notamment autour de la société civile, des jeunes et des femmes. La langue partagée apparaît aujourd’hui un outil au service de l’intensification des échanges commerciaux et d’un développement économique, social et humain.

Secrétaire générale de L'Organisation Internationale de la Francophonie