Des exigences pour l’Europe

Les élections européennes offrent une opportunité pour mettre les droits des femmes, l’égalité et la parité au cœur du projet européen.

 

Najat Vallaud-Belkacem, signe avec des ministres européennes de premier plan et des lauréates du prix Nobel de la paix une « plateforme pour une Europe des droits des femmes ». Caroline de Haas lance un mouvement pour des « listes féministes pour l’Europe ». Ces  initiatives nous renforcent dans la volonté de  juger les candidat-e-s au Parlement européen à l’aune de leurs engagements  concrets pour  l’égalité et les droits des femmes.

Ces derniers mois, les députés conservateurs ont poussé le parlement européen à rejeter deux résolutions concernant les femmes : l’une sur les droits sexuels et génésiques, l’autre sur l’égalité entre les femmes et les hommes. Ajoutez à cela le droit à l’avortement menacé en Espagne et ailleurs, des politiques d’austérité qui réduisent  l’action sociale et touchent les fonctions publiques ; c’est en réaction que s’est constitué le mouvement pour des listes féministes pour une Europe solidaires (FPES), actuellement, de telles listes se construisent en Ile de France, Ouest, Sud-Ouest et Sud-est. Elles mettent en avant deux grandes revendications : le droit à l’avortement pour toutes les européennes et  une autre politique économique que celle basée sur l’austérité budgétaire.

 Dans ce climat inquiétant de régression, afin que l’Union européenne reste une chance pour les femmes et un fer de lance dans le monde  pour les droits des femmes, la plateforme pour une Europe des droits des femmes, présentée à la signature le 16 avril au Ministère des droits des femmes, met en avant cinq exigences :

Le respect de l’exigence de parité au sein du collège des commissaires.

L’attribution spécifique des droits des femmes à un commissaire.

La définition d’un pilier pour l’égalité  dans le gouvernement économique de l’Union qui conduise chaque année la commission européenne à faire des recommandations, sur la promotion de l’égalité entre  femmes et  hommes, aux Etats membres.

La définition de règles de parité pour les nominations à des postes clés au sein des institutions et organes de l’Union.

La mise en place, accompagnée d’un plan d’action, d’une approche transversale de l’égalité entre femmes et hommes dans toute la politique de l’Union Européenne.

Le 18 avril 2014