Les élections régionales auront lieu das un peu plus de six mois …

Quel avenir pour les femmes avec l’extrême- droite ?

Quelle que soit la représentation de femme moderne et indépendante que veut se donner Marine le Pen pour séduire, le FN  et l’extrême droite sont un danger pour les libertés acquises par les femmes.

Construire l’égalité entre les femmes et les hommes est un non-sens

Les député-e-s FN au Parlement européen nous l’ont rappelé récemment.  Ils et elles ont voté contre la résolution (par ailleurs adoptée le 10 mars 2015) « sur le progrès accomplis en matière d’égalité entre les femmes et les hommes dans l’Union » qui comporte surtout des recommandations pour l’avenir.  A partir de quels arguments ? En substance : les femmes sont faites pour faire des enfants et s’en occuper et l’avortement est une véritable arme de destruction massive contre la démographie européenne. En forme de conclusion, Aymeric Chauprade (député européen Ile-de-France) s’oppose à toute politique en faveur de l’égalité avec cet argument : « Les femmes n’ont pas besoin de vous pour assurer leur avenir car elles le portent dans leur ventre ».

La question de l’avortement est le  noeud de toutes les passions et ambiguïtés.

En France, le député Jacques Bompard n’a toujours pas admis la suppression de la notion de « détresse »  de la femme pour avoir accès à l’IVG, qu’avait  introduite  Simone Veil dans la loi de 1975. Il revient à la charge en ce mois de mai 2015, avec une proposition de loi « visant à promouvoir des solutions alternatives à l’avortement ». Son  texte vise à démontrer que l’avortement est la suppression d’un être, et les femmes des êtres incapables : «  il faut faire prendre conscience à la mère de la réalité de son acte en lui faisant écouter le cœur de l’enfant ».  Position ridicule ? Les amendements qu’il avait déposés en ce sens lors de l’examen de la loi Santé sont restés lettre morte. Mais vigilance, cette pratique existe,  chez certains médecins,  lors des examens  pré-IVG…

Courage, fuyons! Ils étaient seulement 151 député-e-s, le 26 novembre 2014,  à prendre part au vote de la résolution adoptée pour les 40 ans de la loi Veil , qui affirme  l’accès à l’IVG comme un droit fondamental ! Sept d’entre eux dont J. Bompard ont voté contre. Marion Maréchal  Le Pen  était absente et Gilbert Collard s’est abstenu pour elle.

Plus mesurée que Bompard, prudente vis-à-vis de son électorat, elle joue sur l’efficacité  de la contraception supposée connue de toutes et supportée par toutes, pour développer un discours de mépris des femmes, sans toutefois s’opposer à  l’avortement. Alignée sur la position de sa tante, elle souhaite que l’Etat ne rembourse plus les IVG;  le déremboursement est, pour elle, une mesure nécessaire pour lutter contre « les excès » (avortement « de confort » ou avortements «  à répétition ») et pour « responsabiliser les femmes ».  Elle se justifie en affirmant : «Ce n’est pas à l’Etat de réparer les inattentions des femmes » « Aujourd’hui, on a à notre disposition un certain nombre de moyens de contraceptions qui sont abordables ».

25 mai 2015