Le ministère de la femme est enlevé à Khédija Chérif… suite aux pressions d’Ennahdha ?

Nous vous en avions informé dans la  brève « espoirs de démocratie » ,  mais dès l’annonce du premier gouvernement, il y a plus d’une semaine par Habib Essid, l’extrême droite tunisienne a condamné la nomination de Khedija Cherif, prétextant que cette dernière était islamophobe.

Une femme, militante de longue date, qui œuvrerait pour les droits des femmes et l’égalité, c’était trop beau, car finalement le ministère de la femme aura fait l’objet d’une nomination partisane et atterri chez Afek Tounes, parti social – libéral qui s’exprime au masculin.

Le 3 février 2015