avril, 2015

Rendez-vous mercredi 29 avril 2015,

à l’initiative de l’Observatoire régional de la Parité.

 

Maison des associations de Lille (72/74 rue Royale).

 

Regards croisés sur la luttes des femmes pour le droit de vote en Angleterre  et en France. Projection à 18h30 précises du documentaire de Michèle Dominici Les suffragettes: ni paillassons, ni prostituées (production Image et Compagnie, diffusion Arte).

Histoire, évolution, enjeux actuels…

 

A l’initiative de  l’Observatoire régional de la parité et pour marquer cet anniversaire:

Conférence donnée par Pierre Mathiot,

Professeur des universités et Directeur de l’Institut d’études politiques de Lille.

15 avril 2015 à Sciences Po Lille.


Introduction au débat (voir le livret d’accompagnement).

 Pourquoi cet anniversaire du premier vote des femmes en France  a-t-il  semblé important à l’Observatoire régional de la parité, dans la situation actuelle d’élections répétées, de  désaffection du politique et d’abstention  en nombre ?

Notre association, s’est constituée comme collectif d’associations mobilisées pour une démocratie paritaire dès les premières années de 1990 et avant les municipales de 1995, à l’heure ou montrer le scandale de la non présence de femmes en politique  relevait du parcours du combattant faute de statistiques sexuées. Des associations qui ont  donc participé aux grands débats sur la signification de cette idée  d’abord européenne de parité-heurtant de front  l’universalisme républicain à la française et qui ont été actives dans la demande d’une législation.

Avec finalement la même double attente que nos ancêtres dans la lutte pour le droit de  vote :

–      Une demande de justice pour les femmes exclues de fait de la scène politique et des affaires de la cité ou du pays.

–      L’idée que l’accès aux décisions et responsabilités était nécessaire pour améliorer la situation des femmes toujours très inégalitaire, malgré les progrès immenses qui ont fait suite aux revendications du MLF et des associations de femmes, féministes revendiquées ou non, après 1981.

Et donc un double objectif :

–     Une représentation équilibrée entre femmes et hommes dans toutes les instances de décision élues ou non, les femmes étant la moitié du peuple, pourvoyeuses de richesse et pas une minorité.

–          L’idée que cette parité quantitative sera une impasse, si elle n’est pas accompagnée d’un projet politique répondant aux attentes des femmes, qui ne se perçoivent pas comme des hommes en devenir quand bien même elles évaluent le rattrapage nécessaire.

C’est pour cela que ce moment d’anniversaire a semblé une occasion pour mettre en perspective ces 70 années de vote des femmes (après 150 ans de revendications pour ce droit) avec l’évolution,  que nous connaissons, de leurs droits et de leur statut dans la société. Une façon de faire  un retour réflexif sur le passé lointain ou proche qui peut nous aider à penser l’actualité et répondre à la question :quelle prise avons-nous sur les décisions politiques  qui concernent nos vies.

Après la conférence de Pierre Mathiot, et pour ouvrir le débat ,deux témoignages -réaction  à cet anniversaire: Denise Cacheux , militante pour les droits des femmes, élue locale et députée à une époque où le parlement était à 95% masculin, Lucille Crochard militante pour le nord à l’association Osez le féminisme.

Merci à Sciences Po Lille pour son accueil