mai, 2014

Une très lente progression des femmes à la tête des communes de la région…

Les femmes de la région ont été moins hardies  que la moyenne française pour se porter candidates à la tête d’une liste aux élections municipales 2014 -17% de femmes têtes de listes en France contre moins de 13% dans le Pas de Calais et un peu plus de 15% dans le Nord.

 Mais dans les communes de 1000 habitants et plus, elles l’ont fait avec assurance. En effet, elles sont près de 200 à avoir été élues maires ces jours derniers dans le Nord Pas de Calais ; honnête progression (de 18%) qui  n’empêche pas le pouvoir municipal de rester très masculin : 87% des maires de la région sont des hommes !

Des différences qui restent à interpréter apparaissent entre les deux départements :

– Une majorité de communes dans le Nord  soumises à la contrainte paritaire et un peu plus d’un quart dans le Pas de Calais.

–  16% de femmes maires dans le Nord-comme la moyenne nationale- 3 points de plus qu’en 2008. Une moins forte progression dans le Pas de Calais où seulement un peu plus d’un maire sur dix est une femme.

Et toujours davantage de conseillères municipales

Depuis 2001, grâce aux lois, la proportion de femmes conseillères   croît de manière continue avec un effet d’entraînement dans les communes moins peuplées qui ne sont pas astreintes  au scrutin de liste paritaire entre les femmes et les hommes : 44% des conseillers municipaux dans le Nord sont des femmes et 37% dans la Pas de Calais. Le seuil d’expression pour que leur parole soit prise  en compte est franchi.

Mais il faut redire ce que nous avançons depuis notre création : une  parité réduite à un quota 50/50 dans la représentation politique n’est qu’une impasse,  rien ne peut se transformer si  l’égalité numérique  dans la représentation ne secoue pas la domination masculine. Il ne s’agit pas d’intégrer des femmes  dans un modèle  masculin  mais d’améliorer  les situations des hommes et des femmes, le plus souvent non symétriques. Les femmes élues sauront-elles  entraîner un engagement réel pour l’égalité femmes/hommes dans les politiques publiques ? Nous sommes là pour les y inciter et les soutenir.

Le 28 mai 2014,

                          

Février 2011,

Un million de femmes et d’hommes manifestent dans 200 villes du pays pour crier leur ras-le-bol à Silvio Berlusconi et dénoncer le système prostitutionnel qu’il a mis en place  pour distribuer aux jeunes femmes des emplois dans les médias ou des postes politiques. Mais ces rassemblements sont aussi une prise de conscience  de la régression des droits des femmes dans ce pays.

En Italie, après les grandes batailles féministes pour le divorce (1974) et l’avortement (1981), tout semble à recommencer, et des Etats Généraux ont  lieu à Sienne en juillet 2011 : le moment d’une démocratie paritaire est arrivé, les priorités liées au droit à disposer de son corps et à la défense de l’accès libre à l’IVG sont toujours là, mais le principal problème c’est le travail  et les choix de procréation en lien avec le travail…. La mobilisation concerne aussi les droits des femmes immigrées de plus en plus nombreuses.

Etat des lieux

Droits sexuels et génésiques : sous la férule de l’Eglise catholique

Une éducation affective et sexuelle inexistante ou aux bons soins  des pouvoirs locaux

Une contraception sans information visible et avec des freins institués

Un accès à l’avortement empêché

Une PMA réservée au seuls couples mariés

Et au final, un renouvellement des générations qui ne se fait pas (1,4 enfant par femme)

Unions, désunions, famille : le poids de la tradition catholique

Un mariage civil optionnel et pas d’union civile de couples homosexuels

Un divorce en forme de chemin de croix même s’il est consensuel

Une autorité parentale partagée, un congé parental peu attractif

Le soin aux très jeunes enfants largement laissé aux familles : manque de structures d’accueil et coûts jugés trop élevés.

L’Italie a reçu en 2012 avec 8 autres pays de l’UE une recommandation  sur l’emploi des femmes et sur la disponibilité et la qualité des services de garde des jeunes enfants.

Violences

Des violences à l’aune de la situation générale en Europe où la violence domestique touche 1 femme sur 3 : une réaction violente d’un machisme latent à l’autonomie prise par les femmes depuis les années 70.

2013 : l’Italie ratifie la Convention d’Istanbul et dans la foulée adopte un décret-loi qui, entre autre introduit le crime de féminicide dans le droit italien

Indépendance économique, socle de toutes les libertés

Des jeunes femmes mieux diplômées que les jeunes hommes, mais une situation des jeunes en général moins bonne que la moyenne de l’UE

Un taux d’emploi des femmes inférieur à la moyenne de l’UE, marqué par le manque de service pour la petite enfance et par le poids du plafond de verre

Relativement, moins de temps partiel et un faible écart salarial

Accès à l’espace politique

Le droit de vote octroyé tardivement aux femmes, en 1945

Une sous représentation des femmes dans toutes les assemblées et leur quasi-absence aux postes de décision

Le changement de 2013-2014 : 31% de femmes à la Chambre des députés et un gouvernement paritaire

lire une version  détaillée

Le 13 mai 2014